Accès rapide

Catégories

Une Brève Histoire de l’Aviation. Michel Polacco. (JC Behar Ed)
Du Bonheur. Michel Serres. Michel Polacco
De l’Impertinence (Michel Serres, Michel Polacco)
Défendre la langue Française (Serres Polacco) Le Pommier Mai 2018
Crash : Pourquoi des avions s’écrasent encore ? Michel Polacco. Oct 2017
De l’Amitié (Michel Serres, Michel Polacco)
Drones, l’aviation de demain par Michel Polacco. (Privat, Ed 2016)
A 380 avec 650 passagers !

Ariane, le lanceur qui a 40 ans le 24 décembre ! (Aeromorning, 24/12/2019)

24 décembre 2019 / Aeromorning Chroniques


www.aeromorning.com    Décembre 2019

Ariane fête ses 40 ans, quel beau cadeau de Noël que ce 250ème tir d’Ariane, le 26 novembre, qui vient « coiffer » son quarantième anniversaire.

 

C’est une belle histoire que je suis passionnément depuis ses débuts. Je me souviens de ces reportages pour lesquels j’allais interviewer les responsables des Agences Européennes de l’époque, l’ELDO (European Launcher Development Organisation) et l’ESRO (European Space Research Organisation), lors des derniers lancements de la fusée Europa (1968/1971), l’ancêtre d’Ariane. A compter de 1964, 11 tirs au total. D’abord 7 des étages seuls ou par deux, puis 4 tirs de la fusée complète avec ses 3 puis 4 étages. Les 4 lancements furent des échecs, tant à Woomera en Australie, pour les 3 premiers tirs d’Europa, qu’à Kourou pour le 4ème et ultime lancement.

 

 

Un étage français, un allemand, un anglais, mais pas d’architecte industriel, et une coordination insuffisante. Pendant ce temps le monde de l’espace avançait à grand pas. Russes et américains lançaient des satellites, militaires et civils, les télécommunications quittaient les câbles de cuivre et les pylônes pour les fréquences hertziennes spatiales ! L’homme marchait sur la Lune et le public s’en était même presque lassé en décembre 1971, lorsque sur le pas de tir ELA-1 à Kourou, la nouvelle base spatiale française, Europa s’envolait pour la dernière fois.

 

 

En revanche la France, depuis 1965, se réjouissait des succès de sa fusée Diamant, (décollant d’abord d’Hammaguir dans le Sahara Algérien, avant Kourou) lanceur précurseur de son avenir en matière spatiale, mais aussi en matière balistique pour sa dissuasion nucléaire. Car chacun sait aujourd’hui qu’un missile balistique, pour porter loin, doit être issu d’une compétence pour placer des satellites en orbite terrestre. Diamant est donc le signal « stratégique » de la capacité de la France Gaullienne (sous le Général De Gaulle). La France le doit particulièrement au CNES, son Centre National d’Etudes Spatiales, créé en 1961, au LRBA, son Laboratoire de Recherches Balistiques et Aérodynamiques de Vernon (département de l’Eure) et à la SEREB, Société pour l’Etude et la Réalisation d’Engins Balistiques, qui sera bientôt absorbée par Aérospatiale.

 

 

Mais une Europe spatiale s’est reconstituée. Il n’était pas possible pour chacune des nations d’avancer seule pour développer des satellites et les lanceurs capables de les placer en orbite terrestre (LEO) ainsi qu’en orbite de transfert (GTO), en orbite géostationnaire (GEO) à 36.000 km, ou héliosynchrone (SSO). De même il n’était pas envisageable de dépendre des Américains, (il n’était pas question alors de l’URSS), pour lancer des satellites commerciaux, donc concurrents !

 

 

Ainsi est née l’ESA en 1973, l’Agence Spatiale Européenne, sur les restes des organisations précédentes. L’expérience des échecs répétés a bien servi. La France, moyennant une participation plus que consistante (60%), s’est vue confier la maîtrise d’œuvre (au travers d’Aérospatiale, ancêtre d’Airbus Group), pour un projet ambitieux, à vocation commerciale et étatique.

Lors d’un concours ouvert au public, le nom d’Ariane a été proposé. Sans doute à cause de sa résonance mythologique, et la référence au « fil d’Ariane », et également à la constellation qui porte ce nom. Il fut choisi. Et le travail s’est poursuivi avec acharnement. Non sans péripéties, bien sûr. Mais, le 24 décembre 1979, je m’en souviens comme si c’était hier, nous annoncions avec force que la première fusée européenne, Ariane-1, avait décollé de Kourou, en Guyane française, devenue base européenne, et que ce lancement était un succès. Le deuxième tir fut un échec, comme le cinquième.

 

Mais progressivement la fusée européenne a démontré sa fiabilité. Ariane 4 (116 tirs) a fait le succès de l’Europe. Succès technique et commercial, avec une capacité de mise en orbite fortement augmentée et l’avantage offert par la fusée européenne des lancements doubles (2 satellites sous sa coiffe). Après 144 lancements, Ariane-5 a suivi. Elle terminera sa vie en 2022, après les 11 tirs à venir. Elle laissera la place à Ariane 6, qui se prépare en parallèle.

 

De la première fusée à la 250ème Ariane la « performance » a été multipliée par 10, passant de 1.073 kg en orbite GTO, (Transfert Géostationnaire) à 10.495 kg ! En 40 ans 451 satellites, sondes et véhicules divers, ont été mis en orbite pour 124 clients, que ce soient des états, des centres de recherche ou des entreprises privées. Au total sur les 250 lancements, 8 échecs ou semi échecs pour les fusées Ariane. Un très beau score.

 

 

 

 

 

Parlons de l’avenir. Le paysage a changé. La privatisation des lanceurs américains, l’arrivée de nombreuses autres nations dans l’espace (Inde, Japon, etc.), la capacité de la Chine qui est le troisième pays capable d’envoyer des humains dans l’espace ont obligé l’Europe à se remettre en cause. La vieille recette du lanceur très modulable comme le fut Ariane 4 a été reprise. Bien des « charges utiles » sont légères, d’autres sont constituées de nombreux satellites (des constellations). Ariane 6 pourra être présente, avec sa petite sœur Vega sur l’ensemble du marché.

 

Ariane-6 est une famille de lanceurs capable de placer tout type de charge utile que ce soit en orbite basse (LEO), géostationnaire (GTO) et également héliosynchrone (SSO). Avec un très grand volume sous sa coiffe, Ariane-6 pourra, comme ses grandes sœurs effectuer des lancements simples ou doubles, mettre en orbite de satellites à propulsion électrique ou opérer des lancements de constellations, grâce à son étage supérieur équipé du moteur ré-allumable Vinci. Le lanceur, selon la mission, sera équipé de deux ou quatre boosters à poudre. Pas de boosters liquides contrairement à Ariane-4.

 

La réunion ministérielle Space-19+ de l’Agence Européenne, l’ESA, le 28 novembre en Espagne, a défini un budget en hausse considéré comme « historique » pour les 3 à 5 ans à venir. En revanche, la France n’est plus en tête dans la contribution. L’Allemagne est passée en première place des 24 états participants, avec 22, 9% du budget. La part française s’est réduite progressivement et n’atteint que 18,5% ! Juste devant l’Italie et le Royaume-Uni (11,5%). Sur les 14, 4 milliards votés, une bonne part revient à des entreprises françaises, et c’est Ariane Group, filiale d’Airbus Group et de Safran qui conserve la maitrise d’œuvre industrielle.

 

L’Europe reste donc en ligne pour la solide compétition qui s’annonce. Bon anniversaire !

 

Michel Polacco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *