Accès rapide

Catégories

Une Brève Histoire de l’Aviation. Michel Polacco. (JC Behar Ed)
Du Bonheur. Michel Serres. Michel Polacco
De l’Impertinence (Michel Serres, Michel Polacco)
Défendre la langue Française (Serres Polacco) Le Pommier Mai 2018
Crash : Pourquoi des avions s’écrasent encore ? Michel Polacco. Oct 2017
De l’Amitié (Michel Serres, Michel Polacco)
Drones, l’aviation de demain par Michel Polacco. (Privat, Ed 2016)
A 380 avec 650 passagers !

Roger Beteille nous a quittés. Le père français d’Airbus avait presque 98 ans. (24/06/19)

24 juin 2019 / Chroniques du ciel


Courrier de Barbara Kracht, fille de son compagnon Félix Kracht, qui nous annonce la triste nouvelle.

C’est avec beaucoup de tristesse que je dois vous informer du décès de Roger Béteille il y a une semaine, vendredi 14 juin. Sa fille Anya, avec laquelle j’étais en contact épisodique depuis que M. Béteille n’était plus en mesure de communiquer par lui-même, m’a appelée aujourd’hui pour m’en faire part.

En effet, la famille avait voulu que les obsèques, qui ont eu lieu aujourd’hui en Suisse, restent du domaine privé. Ceci est tout à fait en ligne avec la discrétion légendaire de Monsieur Béteille.

 

 

 J’ai bien sûr informé Airbus en la personne d’Aline qui a pris le relais en interne pour faire une information à ce sujet. Elle va voir avec Guillaume Faury si Airbus fera quelque chose de plus conséquent, mais il n’y a plus grand monde dans cette grande maison pour qui le nom de Roger Béteille veut dire quelque choseL L L. Aline me tiendra au courant.

 

 

 J’aurais voulu inclure d’autres « anciens » dans ce mail mais je n’ai pas leurs contacts. Je pense en particulier à André Bord, Pierre Baud et Gérard Guyot (je m’en suis occupé) , ainsi qu’à Georges Ville et Alain Garcia. Et il doit y en avoir beaucoup d’autres dont Roger Chanut. Vous serait-il possible de leur faire suivre ce mail, à eux ainsi qu’à tous ceux qui, dans vos relations, ont connu et travaillé avec Roger Béteille.

 

Jean Pierson (qui n’a pas de mail) et Hartmut Mehdorn ont été informés séparément.

 

Roger Béteille aurait eu 98 ans en août prochain. Depuis le décès de son épouse il y a un an, il avait beaucoup baissé et l’on pouvait s’attendre à ce qu’il nous quitte un de ces jours. Nous lui devons tellement, à lui tout particulièrement, car sans son idée d’un A300B (à plus petit diamètre de fuselage) et son soutien pour le FBW sur l’A320, Airbus n’existerait pas…..Mais ça, cela n’intéresse pas grand monde aujourd’hui.

 

Je vous embrasse tous en gardant en profondément en mémoire ce qui nous unit tous – d’avoir vécu ensembles cette période fantastique qu’était la construction et le développement d’Airbus sous la conduite d’une personnalité extraordinaire – Roger Béteille,

 Barbara

 

Communiqué de presse d’Airbus : 

 

FR-Roger-Béteille-obituary-notice

Décès de Roger Béteille, visionnaire et père fondateur d’Airbus
Toulouse, 25 juin 2019 – C’est avec tristesse qu’Airbus a appris le décès, le 14 juin à l’âge
de 97 ans, de l’un de ses pères fondateurs, Roger Béteille, qui a non seulement conçu le
premier avion civil d’Airbus, l’A300B, mais est également à l’origine d’Airbus Industrie.
Né en 1921 dans l’Aveyron, Roger Béteille étudie à Supaéro à Toulouse avant de rejoindre
l’entreprise française SNCASE, devenue ultérieurement Sud Aviation, en 1943. Il obtient sa
licence de pilote en 1945, puis devient ingénieur navigant d’essais en 1952. Il fait partie de
l’équipe d’essais en vol lors du premier vol du Caravelle.
En juillet 1967, l’idée de développer un tout nouveau biréacteur gros-porteur d’une capacité
de 300 sièges voit le jour et Roger Béteille est nommé ingénieur en chef du programme
A300 à Sud Aviation. Il est vite devenu évident que les clients de lancement Air France et
Lufthansa souhaitaient un appareil de capacité inférieure.
Début 1968, Roger Béteille commence à travailler en secret sur ce qui deviendra l’A300B,
doté d’une capacité de 250 sièges et d’une soute suffisamment spacieuse pour accueillir
deux conteneurs standard côte à côte. La section transversale de fuselage innovante qu’il
conçoit alors est toujours utilisée aujourd’hui sur l’A330.
Surnommé « l’homme à la cravate blanche », Roger Béteille ainsi que Felix Kracht, premier
directeur de production d’Airbus, élaborent le partage du travail qui constitue la base du
système de production européen d’Airbus qui définit l’entreprise encore aujourd’hui. « J’ai
voulu tirer parti au maximum de tous les talents et capacités disponibles sans me soucier de
la couleur du drapeau ni de la langue parlée », déclare-t-il à l’époque. Roger Béteille applique
cette approche à la création d’une équipe d’essais en vol multinationale. L’A300B est
officiellement lancé en 1969.
Lors de la création du groupement d’intérêt économique (GIE) Airbus Industrie en 1970,
Roger Béteille, alors Senior Vice President Engineering, fait pression pour rapprocher son
siège social de la chaîne d’assemblage final à Toulouse, afin que les clients potentiels
puissent voir le produit en cours de fabrication.
Lorsque l’A300B effectue son premier vol le 28 octobre 1972, Roger Béteille a acquis une
excellente connaissance des besoins des compagnies, dont il use à bon escient au cours
d’une campagne d’une décennie pour obtenir de nouveaux clients. Malgré les années
difficiles qui succèdent à la crise pétrolière de l’OPEP, ses efforts donnent lieu à l’arrivée
d’Eastern Airlines, premier client américain de l’A300, en 1977.
Eastern est alors dirigée par l’ancien commandant de la mission Apollo 8, Frank Borman,
avec lequel Roger Béteille établit des liens solides.
Dès le début, Roger Béteille nourrit un rêve : celui de créer une famille d’avions. « J’étais
convaincu qu’Airbus ne décollerait jamais avec un seul avion », explique-t-il. « Les clients
potentiels pourraient se questionner sur la pérennité de notre existence dans les 10 ou 20
années à venir. »

Son rêve se réalise vers la fin de sa carrière lorsque, en mars 1984, il réussit le lancement
officiel de l’A320.
Roger Béteille joue un rôle déterminant dans le développement des commandes de vol
électriques (fly-by-wire), le renforcement de la sécurité des vols et l’élargissement du
fuselage, autant d’éléments qui ont contribué à l’immense succès commercial de l’A320.
L’utilisation des commandes de vol électriques marque également le début du concept de
similarité du poste de pilotage et de la qualification par différence (Cross-Crew Qualification)
pour les pilotes sur tous les appareils de la famille Airbus.

Roger Béteille à Airbus
1967 : Nomination comme ingénieur en chef sur le programme Airbus A300 à Sud-Aviation
pour la partie française du projet. Son équipe se compose de trois personnes : lui-même, un
collègue ingénieur et une secrétaire.
1969 : Démarrage officiel du programme Airbus A300B.
1970 : Après la création d’Airbus Industrie, il devient Senior Vice President, Engineering.
1972 : Premier vol de l’A300B.
1975 : Nomination comme Directeur Général d’Airbus Industrie.
1977 : Pénétration du marché américain avec le premier engagement d’achat d’Eastern
Airlines portant sur l’A300.
1978 : Lancement de l’A310 : première étape dans la réalisation de la vision de Roger
Béteille d’une famille Airbus.
1984 : Lancement de l’A320, un monocouloir entièrement nouveau au fuselage élargi et doté
de commandes de vol électriques.
1985 : Départ à la retraite d’Airbus Industrie en qualité de Président de l’entreprise.
2012 : La chaîne d’assemblage final de l’A350 XWB à Toulouse est baptisée Roger Béteille
en son honneur.

 

 

 @ Doc Airbus

 

 

 @ Doc Airbus

 

 

 @ Doc Airbus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *