Accès rapide

Catégories

Une Brève Histoire de l’Aviation. Michel Polacco. (JC Behar Ed)
Du Bonheur. Michel Serres. Michel Polacco
De l’Impertinence (Michel Serres, Michel Polacco)
Défendre la langue Française (Serres Polacco) Le Pommier Mai 2018
Crash : Pourquoi des avions s’écrasent encore ? Michel Polacco. Oct 2017
De l’Amitié (Michel Serres, Michel Polacco)
Drones, l’aviation de demain par Michel Polacco. (Privat, Ed 2016)
A 380 avec 650 passagers !

COVID et Gros Porteurs.

24 mai 2020 / Chroniques du ciel


La crise du Covid-19 aura lourdement plombé le transport aérien mondial.

 

Jusqu’à 95 % du trafic supprimé depuis deux mois dans certaines régions, en particulier en Europe et sur l’Atlantique.

 

Du coup, la reprise s’annonce incertaine, sans doute lente ou très lente selon les analyses.

 

Ainsi plus question de remplir de gros porteurs sur la plupart des liaisons qui vont redémarrer.

 

Les premier appareils annoncés comme sortants ont été les Boeing B-747. De conception ancienne, voire anciens, gros consommateurs de carburant, impossibles à rentabiliser sans un fort taux de remplissage, ils ont été dès le début de la crise annoncés comme « sortants ». C’est le cas chez Japan Airlines, Lufthansa, Delta, KLM, Corsair, Virgin Atlantic……. etc. Et les chaines de production de Boeing pour le B-747-8 sont arrivées à terme. 

 

 

Ont rapidement suivi les plus anciens B-777, appareils datant du début des années 1990. Ainsi Delta a annoncé le retrait de ses 18 B-777-200, suite au Covid-19, mais de nombreuses compagnies ont décidé de réduire leurs flottes comme Singapour AL, pour les plus anciens.

Emirates AL a déjà annulé sa commande de 150 B-777 de dernière génération… Gigantesque budget perdu pour Boeing ?

 

Au passage les quadriréacteurs Airbus A340, dans toutes leurs versions ont aussi été globalement sacrifiés : Air France, Lufthansa,  Virgin Atlantic. S’y ajoutent les plus anciens A330 biréacteurs, parfois remplacés par la version moderne A330-Neo ou des A350 derniers né d’Airbus ….

 

 

Mais, les grands sacrifiés sont les Airbus A380. Avions jeunes, mis en service par Singapour Airlines en octobre 2007, les plus anciens n’ont pas 15 ans. Air France arrête ses 8 derniers A380 sur 10 (2 déjà stoppés), LH supprime la moitié de cette flotte, soit 7 avions. Et l’on s’interroge sur l’avenir des A380 d’Emirates, 120 appareils dont la moitié déjà cloués au sol, comme ceux de Qatar, Ethiad, Singapour, Qantas, Malaysian, etc…..

 

 

 

Il est vrai que le trafic entre les gros Hubs, nœuds de correspondance risque d’être réduit pendant quelques années.

Du coup il faudra non plus des appareils de 400 à 600 places mais plutôt de 200 à 400 places. Et des biréacteurs, car ils sont suffisamment puissants et souples d’emploi désormais.

 

Pour les liaisons point à point Long Courrier, on verra l’emploi des B787, A350 et A330 neo… Et surtout du petit chéri d’Airbus, l’A321 XLR.

Ce sera l’avion de sortie de crise : 8700 km de range, souple et utilisable sur toutes lignes avec jusqu’à 220 passagers…. Moderne et économe avec ses moteurs PW1100G-JM de Pratt & Whitney ou ses LEAP-1A de CFM International.

 

Les cartes sont rebattues……

Suivez quelques une de mes interventions à la Radio ou la Télévision :

 

 

RT Télévision, le 21 mai   #Covid_19@popoaviateur

Lien direct vers video :

 

 

 

 

 

Cnews le 19 mai à 11h30 par Skype (qualité médiocre) :