Accès rapide

Catégories

Une Brève Histoire de l’Aviation. Michel Polacco. (JC Behar Ed)
Du Bonheur. Michel Serres. Michel Polacco
De l’Impertinence (Michel Serres, Michel Polacco)
Défendre la langue Française (Serres Polacco) Le Pommier Mai 2018
Crash : Pourquoi des avions s’écrasent encore ? Michel Polacco. Oct 2017
De l’Amitié (Michel Serres, Michel Polacco)
Drones, l’aviation de demain par Michel Polacco. (Privat, Ed 2016)
A 380 avec 650 passagers !

Collision au sol à Tokyo : Enorme catastrophe évitée de justesse : 2 janvier 2024.

7 janvier 2024 / Aviation


.

.

Inouï : L’Airbus A350 de la Japan Airline autorisé à se poser sur la piste 34 droite de l’aéroport de Tokyo Haneda est entré en collision avec un avion Dash 8-Q300 des Coast Guards japonais qui partait porter des secours aux victimes du récent séisme. Choc épouvantable. 5 des 6 occupants du Dash ont été tués. Le commandant de bord en a réchappé.

.

L’A350 a poursuivi sa course avec 379 personnes à bord, en feu, très endommagé avant de s’immobiliser en flammes. L’équipage a pu évacuer tous les passagers à temps. L’avion est totalement brisé et brulé. Aucune victime sinon 14 blessés légers exposés aux fumées. Miracle quand on voit les images !

.

.

Apparemment, selon l’écoute des conversations entre le contrôle et les avions, c’est la Dash qui a pénétré la piste sans autorisation, par erreur. Le commandant était persuadé d’avoir été autosisé à s’aligner. De sa position il ne pouvait voir l’avion en approche. Il aurait pu entendre ? L’enquête est en cours .

.

.

.

Mon intervention le lendemain matin sur LCI à 7 heures :.

.

(voir plus bas mon intervention sur la RTS, la Radio Télévision Suisse, ainsi que ma chronique sur www.aeromorning.com sur les incursions sur pistes) .

.

LCI retour sur la catastrophe évitée, même s’il y a eu 5 morts.

.

.

Les échanges radio publiés par le gouvernement japonais : l’Airbus était bien autorisé à se poser. .
Le Dash uniquement à rejoindre le point d’arrêt C5.

.

.

Le système d’aide anti Incursion de piste était hors service ! (Stop Bar : US unserviceable).

.

.

.

Configuration du croisement lors de la collision brettelle accès C5

.

.

.

Restes de l’A50 après extinction du feu !

.

.

.

.

Le Journal de 8h – Présenté par Aude Raimondi – rts.ch – Portail Audio(ouvre un nouvel onglet)

Mes intervention sur la RTS le 7 janvier :

.

1// Matinale l’évacuation du bord et ses règles. Ca s’est très bien passé : https://www.rts.ch/audio-podcast/2024/audio/cinq-morts-dans-une-collision-entre-deux-avions-a-l-aeroport-de-tokyo-itw-de-michel-polacco-27469423.html.

.

2// JP de 8h à 5 mn du début du journal incursions de piste : https://www.rts.ch/audio-podcast/2024/audio/le-journal-de-8h-presente-par-aude-raimondi-27469439.html

..

.

.

Les incursions de pistes sont à l’heure actuelle l’une des causes d’incident les plus nombreuses en matière de sécurité. Avec à la clé des risques d’accidents majeurs. De nombreux dispositifs déployés ou en cours de déploiement suffiront-ils à réduire le risque d’accident à zéro ? Pas sûr ! Pas tout de suite. Une discipline féroce est nécessaire de la part des pilotes et des contrôleurs !

.

7h10 LCI le 3 janvier 2024

.

.

Ma chronique aeromorning.com sur les incursions sur pistes …….

.

L’Incursion de piste : un des risques majeurs qui demeure pour le transport aérien !

14 janvier 2024

L’année 2024 a débuté pour le transport aérien par une catastrophe et un miracle. Tokyo Haneda, un Airbus A350 de Japan Airlines se pose de nuit et entre en collision avec un Dash-8 Q300 des Coast-Guards japonais. 5 Morts sur six occupants dans le petit turbopropulseur. Aucune victime sur les 379 occupants du gros Airbus qui a toutefois été entièrement détruit par le feu en quelques heures. Première analyse : soit les contrôleurs ont failli, soit les pilotes de l’un des avions ont failli. On a su peu après que le commandant de bord du Dash, seul rescapé, a mal interprété la consigne des contrôleurs : « JA722A Good evening N°1 taxi to holding point C5 ». Donc une autorisation pour rouler jusqu’au point d’arrêt C5. Pas de pénétrer, s’aligner, décoller. Bien sûr, puisque l’A350 de la JAL venait d’être autorisé en approche piste 34R, puis autorisé à l’atterrissage, piste 34R avec vent de 310/8 kts. Dans le cockpit du A350 on imagine l’équipage concentré sur son approche avec devant lui, 50 secondes avant le toucher, un brouhaha* de lumières d’aéroport et la piste bien éclairée et visible au milieu de tous ces feux. Ils ne remarquent pas le Dash, qui sans autorisation, par erreur, s’aligne vers le premier tiers de la piste. Ses feux (avait-il des strobe/flashings ?) se confondent avec le brouillard lumineux de l’aéroport. L’avion ne camoufle en fait que deux ou trois des lumières du balisage axial, ce qui se remarque peu.

Dans le Dash, le captain a semble-t-il fait une erreur de représentation. Sorti de l’avion, blessé, il dira qu’il avait été autorisé à s’aligner. De cette bretelle, il tournait le dos à l’axe d’approche et ne pouvait voir l’avion en finale. Il n’a semble-t-il pas « copié » non plus la clearance à l’atterrissage donnée au gros porteur. Ni son copilote, peut être, on ne sait pas, avant d’écouter les conversations de cockpit. Pas de raison de douter de sa bonne foi. Mais, ces erreurs sont chères !

De plus, les contrôleurs n’ont pas non plus perçu dans ce « brouhaha lumineux », les feux du Dash qui dépassait le point d’arrêt. De surcroît les Stop Bar, sorte de barrières lumineuses anti incursion ne fonctionnaient pas ce soir là. Comme indiqué sur le Notam publié. Donc, encore un facteur de sécurité de moins. On pourra toujours blâmer le pilote, d’avoir outrepassé l’autorisation accordée, les contrôleurs et les pilotes de l’Airbus de ne pas avoir discerné les lumières du Dash qui effectuait une grave incursion de piste. Mais cela ne règle et ne règlera rien. Oui, la vigilance et la discipline sont de mise. Mais l’erreur ou la confusion humaine ne peuvent être éradiquées à 100%.

Combien de catastrophes depuis les débuts du transport aérien : des dizaines. (81 cas sur aviation Safety répertoriés). Avec plus ou moins de victimes. Un tragique record, celui de Ténériffe en mars 1977 avec ses 583 morts. Deux B 747 entrent en collision, bourrés de passagers. Erreur dans la phraséologie, brouillard. C’est la pire catastrophe vécue dans l’histoire de l’aviation. On peut compter Milan, en 2011, un MD83 contre un petit Business Jet ; 118 morts. Madrid en 1983, un B727 contre un DC9 ; 93 morts. La dernière mortelle en France date de l’an 2000 à Charles de Gaulle, entre un MD83 d’Air Liberté au décollage et un Short britannique qui comme à Tokyo s’est avancé, mais là sur une confusion de position du contrôleur. Un des deux pilotes sera tué par l’aile du Douglas, qui a stoppé son décollage. N’oublions pas en 1982, Omsk, en Russie, avion contre chasse neige : 178 morts. Dans cette catégorie le Falcon 50 du patron historique de Total, Christophe de Margerie, également contre un chasse-neige, à Moscou Vnoukovo, en 2014. Lui et son équipage sont morts. Les agents au sol étaient alcoolisés ! Un mal russe connu ! Etc.

Bien sûr à chaque fois on peut incriminer l’un des acteurs. Ou plusieurs. Mais cela ne permet pas d’éradiquer ce risque qui est aujourd’hui considéré comme l’un des premiers, et qui met en péril les passagers ! Les dirigeants d’une grande compagnie européenne me disaient en décembre dernier que l’incursion de piste figure en tête des dangers et des menaces qui pèsent sur la sécurité. Il n’est pas le seul. Personne ne prend cela à la légère.

Chaque jour il y a dans le monde une ou plusieurs incursions de piste. Petits ou grands aérodromes, petits ou gros avions, (ou petit contre gros comme à Bordeaux fin 2022). Cela fait des centaines par an. Généralement sans conséquences. Mais la recherche d’une aviation sûre ne permet plus de tolérer ces risques latents. Lire les nombreux rapports, compte rendus et analyses de ces « évènements » sur les sites des divers Bureaux d’Enquêtes et d’Analyses de sécurité : BEA en France, mais EASA pour l’Europe, l’OACI pour le monde entier, le NTSB aux USA, etc. Sans oublier les rapports et études effectués dans les compagnies, et par les services du contrôle aérien. C’est instructif et angoissant. Je ne peux pas les ajouter en lien car ceux des compagnies sont « internes » soit « confidentiels ». Parfois aussi ceux du contrôle. Mais avec tout ce qui est accessible il y a de quoi se convaincre de la gravité des choses. Le mal persiste. Des centaines de fois par an. Un jour ça fait « bing » comme à Tokyo ! Et parfois encore pire.

Des marquages au sol, et des panneaux existent. Ils sont très utiles et très efficaces. Particulièrement en plein jour ou par beau temps la nuit. Mais ce sont plus des aides que des barrières, même si bien des interdictions ou indications sont ainsi notifiées.

Des radars sol on été installés ça et là. Depuis longtemps. Utiles, pas toujours en fonctionnement. Insuffisants. Doublés de réseaux lumineux, commandés soit pas les contrôleurs soit par des automates. Alertes sur les écrans des radars des aiguilleurs du ciel, sur les écrans des pilotes. Sources des radars, des « ADS-B » des transpondeurs, des TCAS des avions. On a développé de nombreux outils, en plus des procédures. Procédures orales, bien codifiées. Phraséologie précise. Règles rigoureuses pour rouler au sol pour les véhicules de piste et les équipages, et rigoureuses pour les contrôleurs qui doivent accepter des traversées de pistes sur certains aérodromes. Dangers de l’alignement à partir de bretelles d’accès pour fluidifier le trafic. (Cas de Tokyo ou de CDG en 2000). Au demeurant depuis l’accident de l’an 2000 à Charles de Gaulle, les contrôleurs (précision d’un ami ICNA) n’utilisent plus, pour les traversées de piste les bretelles d’accès qui ne sont pas sécantes à 90°. Ni les bretelles très inclinées, pour les alignements. Les bretelles les plus inclinées servent pour les avions à dégager plus facilement. Uniquement. Donc le véhicule qui s’avance, par temps clair évidemment, peut voir un appareil en approche ou au décollage avant de s’engager.

Pour résumer, il existe nombre de méthodes et dispositifs pour empêcher les incursions et leurs conséquences :

RWSL : système lumineux, indépendant des ATC, basé sur les radars sol, sur des balises de détections de passage des mobiles, et les transpondeurs radars des mobiles. Des lignes rouges s’allument interdisant soit le décollage, soit la poursuite du roulage, et bien sur la pénétration de piste. (RELs Runway Entrance Lights) et pour le décollage, THLs (Take-off Hold Lights).

STOP BAR (HS à Tokyo le jour de l’accident)  lumineuses, elles sont une forme bien moins élaborée de protection des pistes d’atterrissage et décollage que le RWSL.

RIMCAS : Dispositif à la disposition des contrôleurs (Runway Incursion Management and Collision Avoidance System). Cet outil, qui utilise les informations du système AVISO, (système de numérisation des données analogiques du radar sol) vise à alerter le contrôleur d’un risque de collision entre deux avions ou un avion et un véhicule sur les pistes et dans les servitudes.

TCAS : Installé sur tous les avions affectés au transport public de passagers, avec des qualités et propositions variables. Le TCAS peut montrer voir signaler une occurrence de rapprochement. Mais sur les aérodromes, pour éviter les alertes multiples dans les zones à forte densité d’avions, les alarmes sonores sont inhibées.

ADS-B / SSR : Les constructeurs espèrent beaucoup de résultats plus efficaces des mobiles ou dispositifs utilisant les données des avions ou véhicules équipés de l’ADS-B, (qui s’ajoute au transpondeur radar) et apporte une grande précision d’informations dont l’analyse peut générer des alertes plus performantes que les diapositifs actuels.

Toujours est-il que l’œil du contrôleur, l’œil du pilote, ou du chauffeur au sol demeure un outil majeur et essentiel. Et son oreille ! Bien écouter les trafics des autres ! De même est essentiel le respect d’une phraséologie précise, rigoureuse, si nécessaire « appuyée de répétitions » (et attendez, Hold On…), et cela dans un contexte à venir moins chargé ou stressé sur les ondes radio VHF encombrées des aéroports.

Michel Polacco

*Sur un aéroport important comme Roissy Charles de Gaulle, on compte à ce jour 27000 balises lumineuses éclairées la nuit ! Dont 1500 exclusivement consacrées aux situations de très mauvais temps.

Liens :

-Note de sécurité « Incursions de pistes » du BEA français, (N°8 de 2007) avec plusieurs exemples : https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/ita_008.pdf

-Sur les petits aérodromes aussi : chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://bea.aero/fileadmin/documents/docspa/2007/f-qe070326/pdf/f-qe070326_05.pdf

-RWSL: https://www.dailymotion.com/video/x5paonu

-Alerte RIMCAS : https://bea.aero/les-enquetes/evenements-notifies/detail/alarme-rimcas-incursion-sur-piste/